Qu’est-ce que la perte de cheveux ?

Que ce soit pour l’homme ou pour la femme, peu importe l’âge à laquelle cela survienne, la perte de cheveux est un problème particulier. Il est toujours désolant de voir son cuir chevelu se dégarnir ou d’avoir entre ses doigts ou entre les dents de sa brosse des cheveux arrachés. Cependant, il faut faire la différence entre la perte naturelle des cheveux qui ne devrait pas nous inquiéter et la perte pathologique des cheveux que nous devons traiter.

En effet, lorsque les cheveux tombent, il n’est pas toujours question de maladie ou d’effets secondaires de facteurs externes. Nous devons savoir que nos cheveux ont un cycle de vie bien défini. Les cheveux poussent, s’allongent et meurent au bout de 7 ans. En général, un cheveu prend de la longueur durant ces 7 années et à la fin de sa vie, il reste encore accroché au cuir chevelu pendant 3 mois avant de tomber.

Alors, qu’est-ce que la perte de cheveux ? Que devons-nous savoir sur la perte de cheveux dite pathologique ?

 

Comment survient la perte de cheveux ?

la perte de cheveuxLa perte des cheveux peut être liée à différents facteurs, mais elle survient surtout vers la quarantaine que ce soit pour les hommes ou pour les femmes. Là, nous parlons de la calvitie qui est souvent liée au patrimoine génétique du parent du sexe opposé. Cette pathologie est inévitable pour certaines personnes et inexistante chez d’autres. La calvitie peut également survenir en avance, donc à partir de la vingtaine ; il s’agit ici de la calvitie précoce. La calvitie commence par le recul de la ligne frontale des cheveux ou par les deux côtés de la ligne frontale des cheveux ou par un dégarnissage au niveau du haut du crâne.

La calvitie, il faut le souligner, se caractérise sur une partie bien définie de la tête ; elle peut former un O sur le haut du crâne ou un U qui délimite les cheveux restant à son stade final. Pour la perte de cheveux pathologique non liée à l’hérédité, on note son apparition avec une perte graduelle de masse capillaire en l’espace d’un mois pour la perte lente et en l’espace d’une semaine pour la perte rapide. Souvent ces deux cas ne se constatent réellement que lorsque l’on a des parties de cuir chevelu dégarnies sur le crâne. Ces deux cas diffèrent de la calvitie par la localisation non définie au préalable de la partie du cuir atteinte.

La perte de cheveux peut également survenir d’une manière naturelle. Là nous avons la perte de cheveux saisonnière. Ce type de perte de cheveux survient en automne et au printemps. La perte de cheveux saisonnière n’est pas aussi excessive et agressive que les trois types de perte de cheveux que nous avons cités ci-haut. Cependant, elle est légèrement plus élevée que la perte de cheveux normale. Pour les personnes qui ont des cheveux fins, la perte saisonnière se remarque très vite. Il n’y a pas vraiment lieu de s’alarmer pour ce phénomène, car il se stabilise au bout de quelques jours ou même d’une semaine.

Les facteurs qui favorisent la perte des cheveux

Nous avons vu ci-haut que la perte des cheveux peut être liée à l’hérédité ou aux saisons. Il existe cependant plusieurs facteurs qui peuvent entraîner la perte des cheveux. Donc, nous sommes susceptibles de perdre de la masse capillaire lorsque l’on suit un traitement médicamenteux agressif comme la chimiothérapie. On fait également face une perte de cheveux durant les périodes de contraception, lorsque l’on prend des antibiotiques à forte dose ou lorsque l’on prend des médicaments pour un traitement hormonal. Ce sont les toxines chimiques présentes dans ces médicaments qui causent cette perte de cheveux.

Les troubles hormonaux peuvent également causer la perte des cheveux. Les femmes ayant un problème de kystes ovarien rencontrent souvent le souci de la perte de masse capillaire. En effet, lorsque les ovaires de la femme sont perturbés par les kystes, ses hormones se chamboulent et elle produit plus d’hormones masculines que d’hormones féminines. Il s’agit plus précisément d’une stimulation non habituelle de la production d’hormones androgènes causée par le manque d’œstrogène. Cette hormone androgène favorise la perte des cheveux tout en empêchant une repousse normale. Le même problème est également constaté chez les femmes qui ont subi une ovariectomie.

Le stress vient en troisième position des facteurs de la perte des cheveux. Lorsque nous stressons, le taux d’hormones androgènes dans notre corps augmente. Par conséquent, les bulbes des racines de nos cheveux se retrouvent affectés ; nos cheveux tombent et ont du mal à repousser. En effet, lorsque l’on stresse ou lorsque l’on réfléchit beaucoup, on perd facilement nos cheveux à cause des hormones androgènes. Après le stress nous avons la carence en vitamine E, B et A. ces trois types de vitamines sont nécessaires pour la pousse comme pour la repousse de nos cheveux. En outre, la carence en fer et en zinc peut s’ajoute à ce facteur nutritif.

Les autres facteurs de la perte des cheveux sont : les champignons, la perturbation du cycle des cheveux, la trichotillomanie, la syphilis ou encore la pelade. Souvent, ce sont les champignons ainsi que la trichotillomanie qui provoquent la perte de cheveux chez les enfants et chez les personnes de moins de 30 ans.

Comment reconnaître la perte des cheveux ?

perdre ses cheveuxAlors, la pathologie de la perte des cheveux vous atteint lorsque vous avez 5 fois plus de cheveux entre les dents de votre peigne ou brosse lorsque vous vous peignez ou lorsque vous avez une quantité assez élevée de cheveux dans vos mains lorsque vous passez les doigts entre les cheveux. Cette perte de cheveux pathologique se manifeste par plaque. Inspectez votre cuir chevelu ; si vous remarquez des trous ou des parties clairsemées, vous subissez une perte de cheveux pathologique. La pathologie est également notifiée par une perte conséquente de cheveux au cours des lavages de cheveux, que ce soit pour les hommes que pour les femmes.

Outre, vous subissez une perte de cheveux pathologique si vous remarquez une quantité considérable de cheveux sur vos oreillers le matin. Si le problème subsiste pendant plus de trois jours, vous devez consulter un médecin. Donc, vous pouvez reconnaître une perte de cheveux pathologique lorsque vous remarquez une perte de volume capillaire intensive en l’espace de quelques jours ou semaines, lorsque vous remarquez un éclaircissement de votre cuir chevelu et lorsque vous remarquez des parties de cuir chevelu entièrement dégarnies. Pour la perte de cheveux saisonnière, la masse capillaire ne diminue pas vraiment et le cuir chevelu ne se dégarnit pas.

Vous devez également savoir que tous les jours nous pouvons perdre 50 à 100 cheveux au cours des brossages, il s’agit ici de la perte normale des cheveux. Une telle perte équivaut à une poignée infime de cheveux. C’est une phase obligatoire pour favoriser la repousse de nouveaux cheveux alors il ne faut pas vous inquiéter si vous avez quelques cheveux coincés dans la brosse ou le peigne tous les matins. Par contre, une augmentation de cette perte de cheveux par plus de 100 cheveux pourrait commencer à être inquiétante. Fiez-vous juste à l’épaisseur des cheveux qui tombent pour reconnaître une perte de cheveux anormale.

 

Que faire en cas de perte de cheveux ?

La première chose à faire lorsque l’on perd ses cheveux c’est de ne se coiffer qu’une fois par jour. Il faut éviter de trop tirer sur les cheveux lorsque vous les attachez. Il ne faut arrêter de passer ses doigts dans ses cheveux lorsqu’on les perd. Préférablement, il ne faudra pas envelopper les cheveux, le mieux serait de les attacher en queue de cheval basse ou encore de les lâcher. Face à une perte de cheveux excessive, vous devez aller chez un dermatologue pour pouvoir déterminer la source du problème. Pour le premier rendez-vous chez le dermatologue, rapportez la touffe de cheveux que vous avez perdus en vous coiffant le matin pour qu’il puisse faire un diagnostic plus exact.

Qu’est ce qu’il faut éviter ?

non fer à lisserLorsque vous perdez vos cheveux, vous devez éviter de les faire lisser au fer ou au brushing. Ne les séchez pas non plus au brushing après lavage. Vous devez éviter les teintures et les coupes durant la phase de la perte de cheveux. Il est également inutile de se porter des extensions pour ne pas alourdir la charge des racines déjà fragilisées.

En outre, le tissage n’est pas du tout conseillé pour une femme qui perd ses cheveux, car les tresses serrées destinées à la pose des cheveux de tissage fragiliseront davantage les racines des cheveux. Il faut aussi éviter les élastiques à cheveux qui ne s’enlèvent pas facilement ainsi que les lourdes barrettes.

Ce qu’il faut faire avant le traitement de la perte des cheveux

Il existe bien des remèdes pour arrêter la chute des cheveux et pour stimuler les repousses, mais avant de commencer un traitement il est préférable de connaître la source du problème. Si la perte des cheveux est liée au chamboulement des hormones ou aux traitements hormonaux, il faut commencer par traiter le trouble hormonal d’une façon plus naturelle.

Si c’est le stress qui cause la perte des cheveux, il faut d’abord traiter le stress avant de traiter son cuir chevelu. Pour ce qui est de la chute des cheveux en cours de chimiothérapie, aucun remède n’est à tenter, car les cheveux repousseront rapidement après le traitement, et ce, avec un centimètre de longueur gagné par mois.

Quels sont les remèdes contre la perte des cheveux ?

Après avoir traité les premières grandes causes de votre perte de cheveux, vous pouvez vous lancer dans le traitement de la perte de cheveux proprement dite. Il existe les méthodes naturelles pour cela et les méthodes dites chimiques. Le choix entre ces deux méthodes vous appartient, mais la méthode naturelle est toujours conseillée. En outre, vous pouvez avoir recours à la chirurgie après une perte massive de masse capillaire. Dans ce dernier cas, vous devez aller auprès d’une clinique ou d’un salon haut de gamme compétent. Pour les personnes qui ont le cuir chevelu facilement irritable et fragile, le traitement se fera par prise de compléments alimentaires.

Alors, pour les remèdes naturels contre la perte des cheveux, vous pouvez utiliser l’oignon, l’ail et l’huile de ricin. Pour ce faire, vous devez extraire le jus de l’ail et de l’oignon en les râpant et en pressant le jus de la pâte ainsi obtenue avec une petite passoire. Utilisez ce jus en masque avant shampoing à appliquer sur cheveux secs et à laisser agir pendant deux heures. Faites un gommage capillaire avec du marc de café pour vous débarrasser de l’odeur de l’ail et de l’oignon après avoir rincé vos cheveux abondamment et enchaînez avec le shampoing pour terminer. En outre, appliquez une pointe d’huile de ricin au bout de chacun de vos doigts le soir avant de dormir pour masser votre cuir chevelu. Cette routine vous fera gagner des repousses au bout d’un mois.

Pour les méthodes chimiques vous avez le shampoing anti chute, le shampoing spécial repousse et les autres lotions qui fortifient la racine et la tige capillaire des cheveux. Pour que ces produits puissent bien fonctionner, utilisez une gamme d’une seule marque. Gardez une marque de produit pour une année ou du moins six mois pour garantir la r de repousse et la fortification des cheveux.

 

En bref, la perte de cheveux peut être liée au cycle naturel des cheveux, à l’hérédité ou encore à une pathologie. Une grande perte de masse capillaire indique la perte de cheveux pathologique. Lorsque cela apparait, il faut éviter d’agresser les cheveux et aller chez un dermatologue pour déterminer l’origine du problème. Une fois la source du problème cernée, il faut tout d’abord la traiter avant de traiter la repousse des cheveux. La repousse des cheveux se fera par méthode naturelle, par méthode chimique, par une cure de complément alimentaire ou par une implantation ou une greffe de cheveux.